Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

dimanche 22 mai 2011

Normandelière et l'indispensable réserve d'eau

Un article de Ouest France du jeudi 19 mai 2011 attire notre attention : "Plan d'actions en juin pour éviter la panne sèche"
On a la confirmation que le projet de barrage sur l'Auzance (capacité de 8 millions de m3 d'eau) bat de l'aile . L'arrivée de Bruno Retailleau semble avoir modifié la donne compte tenu de la situation de sécheresse actuelle .
"Manquer d'eau au XXIe siècle, à l'époque des nouvelles technologies, n'est pas une situation normale. Depuis sa prise de pouvoir, le nouveau président ne cesse de répéter sa préoccupation. Face à l'urgence, il veut tracer « une perspective pragmatique » et recherche des « solutions réalistes ». Or, la réalisation d'un 14e barrage n'offre pas une réponse rapide. D'autant qu'il est sous la menace d'une décision du Conseil d'État, qui doit examiner sa compatibilité avec la loi sur l'eau et le principe de continuité des rivières. S'il n'a pas pris de position officielle, le conseil général fait aujourd'hui savoir que la solution passera par l'exploration d'une multitude de pistes"
"Il s'agit d'étudier les carrières abandonnées comme zone de stockage. Le potentiel est estimé à 2 millions de m3. Autre possibilité rapide à mettre en oeuvre : une meilleure interconnexion avec les départements voisins, et pas seulement avec La Loire. La Charente-Maritime achète aujourd'hui 4 millions de m3 à la Vendée, le département pourrait ramener cette manne vers Apremont. Autre piste : les 6 millions de m3 issus des stations d'épuration du littoral et rejetés dans la mer"
"A la fin du mois de juin, à l'occasion de la session du conseil général, B Retailleau va ainsi réunir tous les acteurs afin d'élaborer un plan d'actions, dans le souci d'aller vite et de diversifier les sources d'approvisionnement. A cette occasion, il prendra une position sur le barrage de l'Auzance"

A elle seule la carrière de Brethomé est une réserve d'eau de 300 000 m3 située près du centre de la commune de Brétignolles sur Mer , il en faudrait moins de 10 en Vendée de cette capacité pour atteindre le potentiel objectif fixé par le Conseil Général . Comment imaginer qu'en période de sécheresse on veuille supprimer en grande partie cette réserve d'eau ?

Port Brétignolles détruirait une nappe phréatique située sous une zone humide et une réserve d'eau d'intérêt départemental , en période de sécheresse l'intérêt général est-ce un port de plaisance ou la protection de nos réserves d'eau ? Cricri réveille toi , sors de tes rêves d'opportuniste d'un autre temps .
Enregistrer un commentaire