Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

jeudi 26 avril 2012

Normandelière et le chiffon rouge est de retour




Christophe Chabot, le maire de Brétignolles sur Mer, a décidé de provoquer les citoyens de sa commune en remettant le bandeau "NOUS VOULONS NOTRE PORT" sur le mur de la mairie comme s'il voulait lancer un nouveau défi à tous ses opposants et aux Pouvoirs Publics qui ont rejeté son projet de Port Brétignolles.
Pour que la provocation soit maximum, il remet son message antidémocratique en pleines périodes électorales et il l'agrandit. Pour muscler son défi, il renforce sa banderole afin de la rendre moins vulnérable, peut-être a-t-il ajouté des caméras à proximité, peut-être fera-t-il surveiller 24H/24 le secteur par sa police municipale !
S'il n'a pas déposé plainte suite à la première destruction de la banderole (article du 21 avril 2012), c'est qu'il sait qu'il est hors la loi en inscrivant sur le mur de la mairie un tel slogan, mais il s'en fout, il doit aimer la provocation, il doit rechercher le défi.
Combien de temps cet emblème de la rébellion locale résistera-t-il aux assauts de la tempête citoyenne qui secoue aujourd'hui la commune de Brétignolles sur Mer ? 

A Brétignolles sur Mer "LIBERTE EGALITE FRATERNITE" laisse la place à "NOUS VOULONS NOTRE PORT" !

Pour ceux qui voudraient exprimer leur colère, leur ras le bol, le mieux serait d'adresser un courrier ou un mail au Préfet de Vendée (adresse mail : prefecture@vendee.gouv.fr)
Pour ceux qui voudraient déposer plainte, cet affichage sur les murs de la mairie ne serait-il pas un affichage publicitaire (Christophe Chabot fait la publicité de son projet de port) et ne serait-il pas alors illégal et condamnable par les tribunaux (voir document CAUE 85 - page 24 : D 80.923 Art.2 Interdiction d'accrochage sur murs, pages 80 et suivantes : les sanctions possibles).
La nouvelle banderole semblerait être métallique (une lame tranchante) et ne répondrait pas aux conditions normales de sécurité de la population : imaginez qu'elle se décroche brusquement et qu'elle chute sur des personnes entrant à la mairie, qui sera responsable en cas d'accident ?

Petit Supplément :
Christophe Chabot est plus pressé de remplacer la banderole que de diffuser le compte rendu du dernier conseil municipal du 11 avril 2012. A la date d'aujourd'hui, il n'est toujours pas sur le site internet de la mairie.
Enregistrer un commentaire