Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

lundi 7 mai 2012

Normandelière et la banderole pour longtemps


La victoire de François Hollande aux élections présidentielles 2012, c'est une nouvelle défaite pour Christophe Chabot et ses partisans de BVSP, la banderole "NOUS VOULONS NOTRE PORT" restera sur le mur de la mairie au moins jusqu'en 2017 si les Brétignolles reconduisent le maire actuel lors des prochaines élections municipales de 2014 et si des citoyens courageux n'interviennent pas d'ici là.
Tout nouveau projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière, même soumis à une nouvelle enquête publique, n'a aucune chance d'être déclaré d'Utilité Publique par le Préfet de Vendée avec les socialistes et leurs alliés écologistes au pouvoir. A maintes reprises, ils ont affiché leur opposition ferme au projet de port de plaisance de Brétignolles sur Mer et nous leur rappellerons leurs promesses.

Christophe Chabot devra inviter d'autres amis lors de ses prochaines réunions publiques pour laisser croire à ses partisans que son projet est bien défendu, il ne peut continuer à faire confiance à ses soutiens actuels : Louis Guedon , Bruno Retailleau, Jean-Claude Merceron, Marietta Trichet … des amis de droite qui n'ont pas pu convaincre des autorités de droite de l'intérêt général du projet de Port Brétignolles et qui sont aujourd'hui des "Has been" politiques locaux.
Christophe Chabot voulait présenter son nouveau projet au futur ministre de l'environnement, le maire est un joueur, il n'a pas peur du ridicule.

Monsieur le maire de Brétignolles sur Mer, vous avez définitivement perdu la partie, rendez les armes, arrêtez le combat, sinon les Brétignollais se chargeront de vous désarmer aux prochaines élections municipales de 2014.

Petit Supplément :
Sud Ouest du 5 mai 2012 : Port Medoc cherche à redresser la barre
Enregistrer un commentaire