Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

vendredi 25 octobre 2013

Normandelière et des dizaines de tonnes de mensonges s'écoulent à Brétignolles











Le Journal des Sables d'Olonne du 24 octobre 2013 - La mare de Brétignolles sur Mer : La Vigie s'est émue de ces travaux
Ouest France du 25 octobre 2013 : Les travaux de la ferme de la Normandelière font réagir
L'information que nous avons développée dans ce blog (articles du 15 octobre 2013, du 23 octobre 2013, ...) , avec arguments et photos à l'appui, n'était pas mineure, les journaux locaux viennent de la relayer.
Les explications données par Christophe Chabot sont mensongères.

Christophe Chabot serait-il un mythomane incurable, nous l'avons pris en flagrant délit de mensonges de nombreuses de nombreuses fois dans ce blog ?

Lire la suite dans Plus d'Infos

Si on a bien compris les propos de Christophe Chabot, c'est parce que les anciens propriétaires de la ferme de la Normandelière ont pollué la mare et les terrains à proximité qu'il a décidé de nettoyer la zone. C'est une accusation grave contre des personnes responsables et consciencieuses qui ont respecté rigoureusement les règles de l'agriculture biologique sur le site de la Normandelière. Les opérateurs du Sage Auzance Vertonne qui ont inventorié et classé la zone humide n'ont pas noté qu'elle était polluée. Les commissaires enquêteurs qui ont visité les terrains de la Normandelière en juillet 2011 ont noté l'état remarquable du site.

Plus les mensonges sont gros, plus c'est du Christophe Chabot
¤ La mare d'abreuvoir de la ferme de la Normandelière était un dépôt d'ordures de l'ancien propriétaire ! Ce n'est pas ce qu'on a lu dans le dossier d'étude d'impact de BRL ingénierie.
¤ un curage légal, où sont les autorisations administratives ?
¤ sur le site il y a des dizaines de tonnes de lisier dont l'écoulement s'effectuait dans la zone humide ! Le maire ne confondrait-il pas lisier et fumier ? Une ferme biologique produit du fumier pour alimenter les sols de ses terrains agricoles et le fumier ça ne s'écoule pas.
¤ Bernard Vincent, responsable de la chambre d'agriculture de Vendée ? On a cherché, cherché .... pas trouvé. Pour les zones humides, le conseiller aux collectivités est sur la feuille jointe.













¤ la suppression de certaines haies comme les épines et les tamaris qui n'ont aucun intérêt environnemental. Il suffit de regarder sur les photos pour se faire une idée de l'ampleur de la destruction. C'est comme si on voulait nettoyer avant la réalisation d'un nouveau lotissement.









¤ notre intervention est aussi pédagogique. Nous entreprenons une action pour une meilleure compréhension du port de plaisance. Les Brétignollais seraient donc des demeurés qui ne comprennent rien !
¤ nous savons qu'une majorité de Brétignollais est favorable au projet. Nous n'avons pas les mêmes informations
..................

L'élément le plus inquiétant, c'est que ce maire mythomane et sa municipalité sous influence lancent des actions sans autorisation administrative. Ils ont commencé le saccage de la zone humide de la Normandelière sans demander l'avis et l'accord des Autorités et il propose de le poursuivre en 2014 en engageant des fouilles archéologiques.
Les fouilles archéologiques sont engagées par les Services de l'Etat (DRAC) quand un projet d'aménagement, déclaré d'Utilité Publique, est réalisé sur une zone où la probabilité de trouver des vestiges du passé est importante. Le projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière n'existe pas aujourd'hui et n'existera jamais. Ce n'est pas à une municipalité de décider d'engager des fouilles archéologiques.

Il faut se réveiller et mettre fin à cette situation qui devient vraiment honteuse pour la population locale.

Enregistrer un commentaire