Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

dimanche 20 octobre 2013

Normandelière et La Vigie réagit au saccage de la Normandelière






Communiqué de presse du 16 septembre 2013 : L’association brétignollaise La Vigie s’élève contre le saccage des abords de la ferme de la Normandelière. Voir aussi site VendéeInfo du 20 octobre 2013.

"Que de bruits et gesticulations pour un non évènement" comme dit un commentaire de l'article !
Une broutille cette destruction, ça ne vaut pas une sanction !



L’association La Vigie a constaté que la municipalité de Brétignolles-sur-Mer a effectué des travaux de défrichement et la destruction massive de haies bocagères ainsi que de terrassement du sol, sur les terres de la Ferme de la Normandelière. La mare abreuvoir de la ferme a été comblée ; la mare abreuvoir de la ferme était mentionnée dans l’étude d’impact du projet de port qui à été soumis à l’enquête publique : « Cette mare est d'une grande qualité …. Le Triton marbré, le Triton palmé, la Rainette arboricole, la Grenouille de lessonae s’y reproduisent. Elle peut potentiellement abriter une petite population de Grenouille agile, de Crapaud commun et de Pélodyte ponctué. »

L’association La Vigie en a référé auprès de Monsieur le Préfet.

Lire la suite dans Plus d'Infos


La municipalité de Brétignolles-sur-Mer n’a communiqué aucune information ni autorisation en rapport avec le règlement du Plan d’Occupation des Sols (POS)  en vigueur.

La municipalité se croit en droit de détruire la nature, parce qu'elle est propriétaire des terrains. Pourtant, lors de l'enquête publique, le maire mettait en garde les propriétaires de l'époque : "quel que soit l'avenir du site, l'exploitation devra respecter la réglementation en matière environnementale."  Le texte est visible sur le site Internet www.la-vigie.org, Rapport de l'enquête parcellaire, page 38, dernière ligne.

Rappelons que, si la commune a acheté les terres et les bâtiments en janvier 2013, son titre de propriété est fragile car La Vigie, puis le préfet de la Vendée, ont demandé l’annulation de la vente au Tribunal Administratif de Nantes.

En effet, La Vigie reproche le processus d’achat, faisant intervenir deux sociétés immobilières comme intermédiaire, et le prix exorbitant qui a été payé. Le prix voté par le conseil municipal a été de un million huit cent vingt mille euros (1 820 000 €) presque le double de l'estimation de France Domaine à hauteur de neuf cent quatre-vingt-seize mille euros (996 000 €).

Les contribuables brétignollais apprécieront la gestion de leurs impôts, et la gestion du bien commun saccagé cette semaine !

Selon Jean-Baptiste Durand, président de La Vigie : « La mare abreuvoir comblée il y a quelques jours à été recreusée hier sans information ni explications par la commune. Ce dernier acte confirme la faute commise et ne peut annuler la destruction, le mal est fait ! La Vigie remercie ses adhérents, les Brétignollais et toutes les personnes qui se sont indignées et qui ont attiré l’attention des pouvoirs publics compétents. »

Petits Suppléments

Commentaire de Nicolas Helary du 19 octobre 2013 : "Et pendant ce temps à Brétignolles sur Mer on détruit l'environnement sans aucune autorisation et en toute impunité pour une opération de promotion d'un projet de port mort-né qui vise à modéliser par une jachère fleurie ce qu'aurait été le bassin portuaire... les brétignollais continuent de payer... pour rien si ce n'est l'espoir personnel de leur maire d'être réélu"

Enregistrer un commentaire