Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

jeudi 17 octobre 2013

Normandelière et une municipalité qui creuse sa tombe

Ce matin






Ce soir








N'ayant pas de projet d'aménagement autorisé sur le secteur, n'ayant pas de plan de compensation validé par les services de l'Etat, Christophe Chabot et sa municipalité sont condamnables pour la destruction d'une partie de la zone humide de la Normandelière (la partie basse de BRT 26 avec le prolongement vers la ferme), avec les 2 mares J1 et J2. Ils n'ont pas respecté les règles de la Loi sur l'Eau (disposition 8B-2 du SDAGE Loire Bretagne). De plus ils ont détruit des haies.

Sans doute interpellés par le Préfet de Vendée, sans doute par peur de fortes pénalités financières, dans l'urgence, Christophe Chabot et sa municipalité ont décidé, ce jour,  de reconstruire une mare au même endroit à coup de bulldozer ( toutes les photos sont ICI)
Mais savent-ils que cette opération, probablement conduite par un Stephane Raffeneau dépassé par les évènements, est aussi condamnable que la première ? Une restauration de zone humide et de mare doit être réalisée suivant des règles bien précises affichées dans le document du SDAGE Loire Bretagne, avec une validation et un suivi des services de l'Etat.

Encore une fois Christophe Chabot et sa municipalité font preuve d'irresponsabilité et se croient tout permis avec l'argent des contribuables Brétignollais. Après avoir creusé leur trou, j'imagine qu'ils iront puiser de l'eau dans la carrière de Brethomé pour le remplir, puis ils demanderont à Brochet d'aller, avec son épuisette, pêcher quelques crevettes pour le garnir, ...!  Du grand n'importe quoi. Ils font de l'artificialisation, pas du développement durable, pour satisfaire des intérêts privés.

Si la condamnation ne vient pas de l'Etat, ce sont les électeurs qui devront les sanctionner aux prochaines élections municipales de 2014.
Les jurisprudences concernant les infractions sur les zones humides sont sur internet.

Ordre du jour du conseil municipal du 23 octobre 2013. Ce serait peut-être le moment d'aller demander des explications à Christophe Chabot et à sa municipalité, mais il faudrait être là à 19H car, en général, à 19H15 tout est terminé et il ne faudrait pas les déranger au moment de l'apéritif, c'est sacré !

Lire la suite dans Plus d'Infos : 

La prochaine étape sera probablement une mise en demeure par le préfet de Vendée pour des affichages partisans et diviseurs sur un bâtiment devenu public et pour son occupation par une association rebelle soutenant un maire candidat aux prochaines élections municipales de 2014

Il y a eu précédemment le feuilleton de la banderole sur la façade d'un autre établissement public avec la fin qu'on connaît.










Il faudra que Jacques Brochet amène sa brouette dans sa nouvelle demeure, il y a de la terre à transporter !













Petits Suppléments 

Sud Ouest du 18 octobre 2013 : Les élus du littoral donnent de la voix.
"Face à l'attractivité croissante des territoires de bord de mer, les élus doivent trouver un équilibre entre pression foncière et biodiversité, érosion du trait de côte et développement économique, pollution et tourisme…". Christophe Chabot n'a pas trouvé cet équilibre, il a cédé à la pression foncière.
Ne serait-ce pas ça le rêve de Christophe Chabot à le Normandelière ? Une résidence de villas avec piscines.












La ferme de la Normandelière taguée ? C'est pour que vous alliez voir ce qui se passe à La Normandelière parce que l'agression du site par la municipalité de Brétignolles n'est pas terminée, surtout avec des rebelles squattant les lieux . De bons petits reportages photos nous attendent.









Enregistrer un commentaire