Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

mardi 12 novembre 2013

Normandelière et ils veulent détruire les traces de notre histoire














Toutes les interventions du maire de Brétignolles sur Mer sont du pain béni pour les opposants, ses mensonges sont tellement énormes, tellement nombreux.

Alors que nous attendons avec impatience que la côte Brétignollaise devienne un patrimoine historique protégé dans le cadre de la Stratégie de Création des Aires Protégées (voir article du 23 janvier 2013), nous pouvons révéler un autre gros mensonge de Christophe Chabot proféré lors des réunions publiques de l'été 2013 sur la base des informations suivantes :

AUDIO de la réunion du 17 juillet 2013 : Christophe Chabot a été catégorique, avec l'appui de son géologue (!), il assure qu'il n'y a pas de traces de notre histoire locale en face de l'entrée de son nouveau projet de port de plaisance. Les hommes préhistoriques ne fréquentaient que les secteurs de la Parée, de la Sauzaie mais pas ceux de la Normandelière, du Marais Girard ! Le géologue de Christophe Chabot ne serait-il pas celui qui assure des prestations financées par le Conseil Général de la Vendée ? Le président du Conseil Général de Vendée ne serait-il pas Bruno Retailleau, le principal soutien de Christophe Chabot et de son projet anti-environnemental ? Pour mieux comprendre, pour en savoir plus, se reporter à l'article du 2 août 2013.

Document 2012rédigé par un expert de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et du Muséum National d'Histoire Naturelle : Résultat des recherches géologiques et archéologiques effectués sur divers sites de Vendée dont celui du Marais Girard et de la Normandelière (paragraphe 3) et publié dans le "Bulletin du Groupe vendéen d’études préhistoriques, n° 48, 2012, p. 25-38"
La plage de la Normandelière est formée sur la partie méridionale de la fameuse "série géologique primaire de Brétignolles" et des traces de notre histoire (traces d'araire, vestiges campaniformes, ..) ont été mises à jour depuis les tempêtes de 1990.
"Les traces d’araire sont donc situées sur des endroits bien localisés de la zone tourbeuse holocène de la partie haute de la plage de la Normandelière. Sous et au contact de ces traces, de nombreux vestiges campaniformes ont été ramassés par plusieurs d’entre nous."

Lire la suite dans Plus d'Infos
Autre document : Association Vendéenne de Géologie : Bulletin Annuel 2008

Qui ment, qui tente une nouvelle fois de berner la population locale ?

Christophe Chabot a massacré en octobre 2013, sans autorisation officielle, des secteurs de la ferme de la Normandelière (partie de Zone Humide, mares, haies) et il a promis de lancer des fouilles archéologiques, avec des "experts géologues" choisis et probablement payés par lui, sur la zone d'implantation de son futur projet de port de plaisance. Avant qu'il entreprenne une nouvelle opération de massacre, sans autorisation officielle, pour détruire toutes les traces de notre histoire locale sur les sites du Marais Girard et de la Normandelière, nous tenions à rétablir la vérité. Des fouilles archéologiques ont été conduites par des experts de la DRAC, les résultats ont été diffusés dans des documents publics et qui font référence, la municipalité de Brétignolles sur Mer n'a aucune légitimité pour en conduire de nouvelles (voir programme régional 2013 et des informations sur l'archéologie préventive.)
Le 26 février 2013, sur son blog, BVSP nous promettait un "prochain article" sur l'aspect géologique et archéologique, nous attendons toujours et nous attendrons longtemps.
Ce sont des usurpateurs de territoire qui tentent de détruire toutes les traces de notre patrimoine naturel ou historique pour réaliser leurs propres projets d'aménagement.

Il faut qu'ils soient sanctionnés pour ça.


Enregistrer un commentaire