Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

jeudi 2 janvier 2014

Normandelière et c'est le système Chabot qui appelle la violence









Les Sables Vendée Journal du jeudi 2 janvier 2014 - "Brétignolles veut son port" exprime une inquiétude - "La violence appelle la violence".

"Certains opposants au port ont marqué leur passage en ville". Sans enquête sérieuse, sans interroger quiconque autre que Jacques Brochet, le journal Les Sables accuse et montre du doigt, ce sont forcément des opposants qui ont fait ça !

Jacques Brochet dit : "il me paraît de plus en plus évident que le site préféré des opposants véhicule un climat malsain, générateur de haine et de violence, cautionné par son webmaster"
Ce serait tellement plus sympa et plus démocratique que les opposants ferment leur gueule, acceptent sans rien dire les balivernes et les provocations de Chabot et de sa bande de partisans !
Ils ne se rendent même pas compte que le simple fait d'occuper un bâtiment public, la ferme de la Normandelière, pour afficher – comme sur la mairie autrefois - "Brétignolles veut son port", pour diffuser des informations partisanes concernant le projet électoral du maire, est une provocation intolérable et un défi à la population locale. Ce sont ces provocations, répétées dans le temps, qui sont les principales sources de violence sur la commune de Brétignolles sur Mer

Lire la suite dans Plus d'Infos


Jacques Brochet dit aussi : "Nous sommes épiés dans nos gestes et tout ce que nous faisons est répréhensible parce que n'allant pas dans leur sens. C'est la politique du tout bon contre le tout mauvais … Ce n'est pas de la démocratie, nous sommes considérés comme des hors-la-loi ...".
Tant qu'ils défendront un projet de port de plaisance, sur le site de la Normandelière, qui ne respecte pas les règles communautaires et environnementales, qui met en danger les finances locales, nous les dénoncerons publiquement sur le web. Comment appelle-t-on des personnes qui se placent en dehors des lois ?
Ils sont tellement embrigadés par le maire qu'ils pensent comme Chabot, qu'ils disent ce que Chabot leur demande de dire, qu'ils font ce que Chabot leur demande de faire, … ce sont des pantins.
Si Chabot dit et il l'a dit, dans un éditorial de décembre 2013 non diffusé publiquement, - "Le nouveau projet – de port de plaisance – a, en effet, fait l'objet d'une approche minutieuse et globale (environnementale, économique, sociologique, touristique, ..) qui démontre incontestablement aujourd'hui l'utilité publique d'un port de plaisance à Brétignolles sur Mer", ils le croient et le répètent comme des ânes.
Ils agissent comme si on n'avait pas besoin du circuit étatique et de la concertation publique (autorité environnementale, enquête publique, déclaration d'Utilité Publique, ..) pour réaliser un projet de port de plaisance, comme s'il suffisait que le maire fasse une déclaration d'utilité publique et signe, dans la foulée, le permis de construire pour commencer les travaux ! C'est ce qu'ils veulent faire croire à la population crédule, de moins en moins nombreuse. Un projet de port de plaisance ce n'est pas un projet d'aménagement de bourg.
Le projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière a fait de Christophe Chabot et de sa bande de partisans des hors-la-loi. Il existe de nombreux arguments, dans ce blog, le démontrant. C'est pourquoi nous les marquerons à la culotte jusqu'à la fin de leur fantasme.

Pour ce qui concerne les incivilités Brétignollaises, les dégradations sur des bâtiments de la commune, nous pouvons faire quelques constats et poser quelques questions pour que les personnes sensées mènent une réflexion et se fassent une idée, je ne parle pas de la bande à Brochet, on leur a retiré le cerveau depuis longtemps.
Les opérations de dégradations ne sont pas des actes isolés, ce sont des opérations programmées, préparées et réalisées par plusieurs personnes ayant le matériel qui va bien et agissant de façon simultanée. Il suffit de noter la qualité des tags et les bâtiments touchés pour tirer ces conclusions (je ne suis pas de la police!)
Dans une commune comme Brétignolles sur Mer, comment un tel groupe de personnes a-t-il pu mener de telles opérations sans se faire remarquer ?
La mairie a-t-elle déposé plainte ? Il semble que non, si on se réfère aux dégradations de la ferme de la Normandelière datant de plus d'un mois et passées sous silence.
Si oui, pourquoi la gendarmerie n'a-t-elle pas identifié, à la date d'aujourd'hui, les responsables ? Il ne devrait pas être bien difficile de les démasquer.
Qui a pris l'initiative de parler dans les journaux locaux de ces dégradations et qui avait intérêt à le faire ?

Une chose est sûre, quelles que soient les personnes ayant tagué les murs de Brétignolles sur Mer, le gagnant de l'opération médiatique en cours dans les journaux, c'est celui qui se présente en victime, c'est bien Christophe Chabot. Il ne lui reste plus qu'à conclure le processus de victimisation, le 11 janvier 2014, lors de la cérémonie des vœux.
Nous condamnons les dégradations faites sur les bâtiments de Brétignolles sur Mer mais nous nous posons beaucoup de questions sur les instigateurs de tels actes qui ne profitent qu'au maire de la commune.

Petit Supplément
Ouest France du 31 décembre 2013 - Démographie : Démographie : Le canton de St-Gilles a gagné 4000 habitants en 5 ans
"A noter également la performance de Brétignolles-sur-Mer, la seule commune du littoral a affiché une croissance annuelle supérieure à 3%."
Malgré cette croissance et le supplément de recette associé, la commune de Brétignolles ssur Mer est aujourd'hui très endettée (16 000 000 d'euros fin 2013) et sa capacité d'autofinancement est inférieure à 2  000 000 d'euros annuel. C'est le bilan du système Chabot
Enregistrer un commentaire