Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

vendredi 24 janvier 2014

Normandelière et une municipalité qui méprise les opposants













L'association la Vigie demande des explications au maire (suite) : actualités du 24 janvier 2014.

Dans une lettre adressée au maire de la commune, le 3 janvier 2014, l'association La Vigie avait demandé une clarification concernant la décision modificative N°2 du budget annexe 2013 du port de plaisance (délibération n° 2013-273)
La réponse est arrivée le 10 janvier 2014 et elle est surprenante. L'association La Vigie résume la situation  "Avaient-ils lu notre demande ? La réponse de la mairie est 100 % à côté de la question !"

Cette réponse de la mairie suscite de nouvelles questions :
Quels sont ces travaux antérieurs qui ont justifié ces écritures de budget ? En particulier, quels sont ces travaux concernant "catalogues et imprimés" qui auraient coûté 12 274,99 € ?
Depuis cette décision modificative N°2, il y a eu, fin 2013, la réalisation de la fameuse plaquette et le détachement de Antoine Chaplais, pourquoi n'y a-t-il pas eu une décision modificative N°3 du budget annexe 2013 du port de plaisance ?
La mairie peut-elle récupérer la TVA sur des travaux liés au projet de port de plaisance, travaux qui ne sont pas d'intérêt général ?
Le gros mensonge ne serait-ce pas : une régularisation concernant les coûts réels de prestations 2013 dans un budget communal 2013 parce que la TVA n'est pas récupérable - ce qui expliquerait le détail des coûts - ?
Il y a bien des spécialistes lecteurs qui pourront nous donner leur avis.

Les Brétignollais ne doivent plus accepter d'être pris pour des "moins que rien".
Le nouvel avenir, c'est pour demain.

Enregistrer un commentaire