Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

dimanche 20 mai 2012

Normandelière et le sale gosse






























Presse Océan du 20 mai 2012 - Reprise du C Nantes : Christophe Chabot stoppe les négociations.
Ouest France du 19 mai 2012 - FC Nantes : Kita rejette l'achat du vendéen Christophe Chabot.
Ouest France Dimanche du 20 mai 2012
Poker menteur autour du FC Nantes
Rachat du FC Nantes : Une partie de poker menteur
Chistophe Chabot : "Waldemar Kita est un gosse"

Qui est le "sale" gosse : Christophe Chabot ou Walter Kita ? Nous nous savons.
Les méthodes de Christophe Chabot sont toujours les mêmes, ceux qui ne sont pas d'accord avec lui, avec ses projets, sont critiqués, méprisés, parfois insultés dans les journaux. Et les journalistes l'écoutent encore sans s'assurer de la véracité de ses propos.
Il va finir par se mettre à dos la terre entière si ça continue, ses partisans étant un soutien de circonstance bien fragile.

Le journaliste de Ouest France associe Christophe Chabot à un poker menteur (titre du journal), que penser d'un chef d'entreprise et surtout d'un maire de commune qui joue l'argent des autres sur des projets risqués, en misant le minimum, pour avoir ce qu'il désire ? Le maire de Brétignolles sur Mer proposait un port de plaisance complexe à 33 millions d'Euros pour avoir les autorisations administratives de l'Etat sachant parfaitement, que s'il les avait et que s'il réalisait le projet, le coût serait beaucoup plus élevé. En jouant au poker menteur avec l'Etat sur le projet de Port Brétignolles, Christophe Chabot mettait en danger les finances locales et menait sa commune vers un tsunami financier.

Enregistrer un commentaire