Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

samedi 14 décembre 2013

Normandelière et main basse sur les finances publiques locales













Au cours de son dernier mandat de maire, Christophe Chabot a largement pompé dans les caisses de sa commune portant l'endettement de celle-ci de 7 512 000 € (fin 2008) à 13 954 000 € (fin 2012) et probablement à près de 16 000 000 € (fin 2013) avec la prise en compte de l'achat de la ferme de la Normandelière.
Malgré la nette augmentation du nombre de résidences secondaires durant cette période, la CAF (Capacité d'AutoFinancement) annuelle de la commune a peu varié, passant de 1 643 000 € (fin 2008) à 1 861 000 € (fin 2012). La forte progression des charges de fonctionnement, passant de 3 601 000 € (fin 2008) à 5 531 000 € (fin 2012) s'ajoutant au remboursement de la dette peut expliquer cette faible variation.
Aujourd'hui, compte tenu de ses charges financières, la commune de Brétignolles sur Mer n'a plus les moyens d'investir dans de grands projets, la prochaine municipalité devra maîtriser les dépenses pour rembourser la dette.
Pourtant Christophe Chabot présente un nouveau projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière dans son programme électoral, comment pourrait-il le financer ?

Lire la suite dans Plus d'Infos

La réponse est simple, après avoir pompé les caisses de sa commune, Christophe Chabot propose de pomper les caisses de l'intercommunalité. La communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie, créée début 2010, a actuellement une bonne capacité financière, sa CAF est de 6 572 000 €  (fin 2012) pour un endettement limité à 10 189 000 €.
On comprend que ça fasse saliver Christophe Chabot et on comprend pourquoi il cherche à impliquer la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie dans son nouveau projet de port, son projet électoral phare.

Mais pour y arriver, il faudrait :
¤ qu'il soit réélu maire de Brétignolles et président de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie en 2014,
¤  que les communes du canton votent le changement des statuts de la communauté de communes pour y intégrer les activités portuaires. La commune de Saint Gilles Croix de Vie pourrait-elle accepter que Port La Vie passe sous la compétence de l'intercommunalité ?
¤ qu'un Syndicat Mixte soit créé regroupant des représentants du Conseil Général (un autre donateur), de la communauté de communes et de Brétignolles sur Mer. C'est un arrêté administratif du Préfet qui officialise la création d'un Syndicat Mixte. Faut-il rappeler que le Préfet de Vendée a déposé un recours administratif pour faire annuler l'achat de la ferme de la Normandelière et a clairement dit que le projet de port de plaisance ne pourrait se réaliser que s'il était d'intérêt public MAJEUR.
....

Christophe Chabot, le "chef de bande", a réussi à faire main basse sur les finances de la commune de Brétignolles sur Mer pour réaliser des projets "mégalos", il ne réussira pas à faire main basse sur les finances de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie pour réaliser son projet "pharaonique" de port de plaisance sur le site de la Normandelière.

Petits Suppléments :

Ouest France du 14 décembre 2013 : Au Nautic, la Vendée drague le tourisme. Elle a tous les atouts pour ça aujourd'hui.











Ouest France du 14 décembre 2013 : Le paysage végétal du littoral vendéen depuis 8000 ans.














Enregistrer un commentaire