Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

mercredi 19 février 2014

Normandelière et la comparaison est cruelle pour Christophe Chabot













Ouest France du 19 février 2014 : Les inconnues des finances au conseil municipal
Majorité et opposition ont ferraillé jusqu'au bout au conseil. La dernière séance a mixé des sujets de finances et d'urbanisme avec de vifs débats.
L'opposition dit "la situation financière n'est pas bonne ... les comptes sont dégradés ... 
Le débat s'est cristallisé autour de l'ouverture d'une ligne de trésorerie de 1 000 000 d'euros avant les élections municipales
Voir aussi facebook de Patricia Cereijo

Christophe Chabot pourra dire tout ce qu'il veut aux Brétignollais, pourra nous traiter de menteurs, pourra apporter ses vérités sur son blog, ... , les faits sont les faits. Si l'on compare la situation financière de Saint Gilles Croix de Vie à celle de Brétignolles sur Mer, on se demande vraiment pourquoi les élus de Saint Gilles Croix de Vie ferraillent sur les finances de leur commune et on comprend pourquoi Thierry Biron est préoccupé par la situation financière de Brétignolles sur Mer.

Lire la suite dans Plus d'Infos : la comparaison des situations financières et des petits suppléments sur Bernard Deleau et la stratégie de Christophe Chabot

Comparaison des situations financières fin 2012 - voir article du 29 janvier 2014 (source officielle)

Saint Gilles Croix de Vie 
Endettement : 11 881 000 euros
Capacité d'AutoFinancement : 2 237 000 euros
Capacité de désendettement : 5,31 ans

Brétignolles sur Mer
Endettement : 13 954 000 euros
Capacité d'AutoFinancement : 1 861 000 euros
Capacité de désendettement : 7,5 ans

Et si on ajoute un autre paramètre indiquant combien la commune de Brétignolles sur Mer a des difficultés à financer les dépenses courantes, il faut s'intéresser aux opérations concernant la trésorerie décidées par le conseil municipal (voir tableau ci-dessous)


















On a l'impression qu'il y a des lignes de trésorerie permanentes ouvertes dans toutes les banques, avec, parfois, des montants qui ne sont pas définis. C'est impressionnant !
A la date d'aujourd'hui, on peut estimer à plus de 2 000 000 d'euros les autorisations accordées à Christophe Chabot, par le conseil municipal, pour faire des emprunts, courte durée, auprès des banques, quand il le souhaite, afin d'assurer les dépenses au jour le jour.
C'est la marque d'une municipalité qui n'a pas assez de recettes pour se constituer une trésorerie en cours d'année (malgré toutes ses opérations annexes), qui est à la recherche permanente d'argent auprès des banques pour financer des dépenses courantes incontournables. Cet argent à un coût important pour les contribuables Brétignollais, les frais financiers associés étant conséquents.
Comme certains élus pointés du doigt, Christophe Chabot aurait-il fait du "clientélisme", en embauchant plus que nécessaire, afin de se constituer un potentiel d'inconditionnels - c'est bon pour les élections municipales et intercommunales - ?

Les propos de Christophe Chabot, lors du lancement de sa campagne, prennent tout leur pesant d'or au regard des arguments développés dans cet article
"Thierry Biron ne connaît rien aux finances et aux dépenses publiques", il l'accuse de "ne pas savoir parler de dette, d'endettement, de financement, de capacité d'AutoFinancement" et ajoute "..la commune n'est pas surendettée".

La comparaison entre la commune de Saint Gilles Croix de Vie et celle de Brétignolles sur Mer est cruelle pour Christophe Chabot.
Pas besoin de sortir d'(Ak)ena, pour s'apercevoir que la situation financière de Brétignolles sur Mer n'est pas bonne : Gros endettement avec une courbe d'évolution inquiétante, capacité d'autofinancement constante depuis quelques années, pas de trésorerie. C'est un cocktail explosif.
Peut-être que Christophe Chabot proposera de vendre une partie du patrimoine de la commune pour rembourser une partie de la dette ? Pour compenser le manque de rentrée financière lié à la mévente des appartements du centre bourg, n'a-t-il pas déjà vendu les locaux du CCAS pour 2 000 000 d'euros à une directrice du CCAS qu'il a mise en place ?

Christophe Chabot, un bon gestionnaire, voilà qui fera sourire de nombreuses personnes
Christophe Chabot, fanfaronnant sur son bilan, voilà qui n'étonnera personne.

Petits Suppléments

Certains se demandent pourquoi on ne parle plus du candidat Bernard Deleau.
Tout simplement parce qu'il s'est mis lui-même hors-jeu, ses propos sont pitoyables et il fait preuve d'une insignifiance à peine croyable pour une tête de liste !

Sur son blog, Christophe Chabot adopte la même stratégie que celle qu'il avait mise en place lors de l'enquête publique avec le succès que l'on sait !
Il suffit que "Réunir Brétignolles" propose un article sur un sujet d'intérêt local pour que Christophe Chabot ou, plutôt son chargé en communication, réagisse. Ils sont sur la défensive !
Lors de l'enquête publique sur le projet de port de plaisance, chaque observation des opposants était décortiquée par le fidèle Jérôme Dénécheau qui s'empressait de réagir, par écrit, aux arguments des opposants pour avoir toujours le dernier mot. Résultat : 7 avis négatifs !
Vous verrez que si des partisans de Thierry Biron font du porte à porte, Christophe Chabot les fera suivre par son fidèle Stephane Raffeneau et demandera à ses troupes de passer derrière pour rétablir "sa vérité"

Rien ne sert de répondre à toutes les inepties de la liste "Réussir Brétignolles" quand elle tente de contrer les propos de la liste "Réunir Brétignolles", mais je ne peux m'empêcher de réagir aux deux premières affirmations la page "Port et Défense contre la mer - Nos réponses".
"C'est le trait de côte qu'il faut protéger" - on est d'accord. Mais Christophe Chabot et ses partisans n'ont toujours pas compris qu'un chenal était un piège à sable et bloquait le transit sédimentaire nord/sud. Le trait de côte des plages du Sud serait en danger.
"Casser la houle" - Couper la houle avec des récifs artificiels lors des dernières tempêtes par exemple ! Ceux qui ont observé la mer ces dernières semaines ont la réponse.

Enregistrer un commentaire