Annonce d'évènements

Bienvenue et Merci pour votre soutien et pour votre aide - Enquêtes Publiques débutées le 20 juin 2011 et terminées le 18 août 2011 à 17H30 - Avis de l'Autorité Environnementale défavorable - Avis de la Commission d'Enquête défavorable - Le projet actuel est rejeté par l'Etat - Le préfet de Vendée ne veut pas d'un port de plaisance sur le site de la Normandelière - Le nouveau défi : le SCOT du Pays de Saint Gilles et le PLU de Brétignolles -

lundi 3 mars 2014

Normandelière et plus c'est gros, plus c'est Christophe Chabot











AUDIO de la réunion électorale de Christophe Chabot du 28 février 2014.

J'avais promis de ne pas réagir aux réunions électorales des candidats, je ne tiendrai pas ma promesse.
La plaquette distribuée par Christophe Chabot lors de sa première réunion électorale mérite nos commentaires. Christophe Chabot est un homme sur la défensive, comme à bout de souffle, la moitié de la plaquette est consacrée à critiquer les opposants et l'association La Vigie (qui devrait réagir).

Bizarrement, le contenu de cette plaquette conforte nos arguments.

Concernant la situation financière de Brétignolles sur Mer, Christophe Chabot reconnaît le surendettement actuel, c'était quand même difficile de le cacher (voir la courbe). Il n'a pas osé comparer la situation financière de Brétignolles sur Mer à celle des communes littorales voisines, ça aurait fait tâche (voir article du 29 janvier 2014).
Après, tout est une histoire de présentation, de promesses faites par une personne dont la crédibilité a été sérieusement entamée lors de son dernier mandat.
Il dit "sur la période 2001/2014, notre commune s'est considérablement enrichie", il aurait dû dire "sur la période 2001/2014, notre commune s'est considérablement endettée". N'est-ce pas ce qu'il démontre sur la courbe présentée ci-dessus ?
Il dit "la dette baisse dès 2014", il faut bien sûr le croire puisqu'il le dit
Il dit "il n'y a pas de surendettement à venir", ça c'est une belle fanfaronnade quand on a comme projet d'avenir, la réalisation d'un port de plaisance dont les coûts ne seraient évidemment pas maîtrisés comme ceux de tous les grands projets menés par des collectivités.
Et le plus gros mensonge, c'est de faire croire aux "moins que rien" que le port, une fois réalisé, dès la première année, participerait au désendettement de la commune ! Là il fait fort le Christophe Chabot. Le port serait un facteur de désendettement mais pas une charge d'investissement sur la période 2014-2020 (voir la courbe) !
Si, par malheur pour les Brétignollais, Christophe Chabot était réélu fin mars 2014 , il ne manquerait pas de rejeter la responsabilité de la dette Brétignollaise aux opposants, aux services de l'Etat, au Préfet de Vendée, ... , empêchant son projet imaginaire de désendettement !

La liste "Réunir Brétignolles" confirme tout ce que nous disons depuis longtemps sur l'état des finances de la commune.

Lire la suite dans Plus d'Infos : Des commentaires concernant le projet de port de plaisance

Une information du 21 février 2014 qui montre à quel point Christophe Chabot ment à la population locale quand il se vante du soutien de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie.
Arrêté préfectoral N° 2014052-0001 précisant les compétences de la CC (article 4) : les activités portuaires, la réalisation d'un nouveau projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière, ne font pas partie des compétences de la CC.









Christophe Chabot (audio à ouvrir avec Real Player) en a ras la casquette du port de plaisance mais la Vendée, c'est 85 et il y a 85% des Brétignollais qui veulent le port ! Dommage qu'on en soit pas en Charente Maritime !

Concernant le projet de port de plaisance (voir la plaquette imaginaire), Christophe Chabot nous fait croire à des avancées mais, en réalité, le projet est définitivement bloqué et enterré depuis l'enquête publique de 2011.
Les Services de l'Etat et le Préfet de Vendée ont pointé des contraintes environnementales insurmontables pour la réalisation d'un projet de port de plaisance sur le site de la Normandelière. La commission d'enquête publique de 2011 a rendu 7 avis défavorables, étayés par 51 motivations différentes, pour prouver que le port était irréalisable à la Normandelière. Christophe Chabot s'obstine contre vents et marées et ment quand il dit qu'il n'y a que 5 points durs.
La maîtrise foncière de zones protégées n'est pas un élément qui fait avancer le dossier, c'est un coût supplémentaire pour la collectivité.
Repositionner le bassin plus au sud ne change rien. Il faudrait respecter la loi sur l'Eau et la loi Littoral.
Les études de patrimoine sont toujours repoussées, elles devaient avoir lieu pour fin 2013. C'est de la fanfaronnade électorale.
Les études d'intérêt public départemental sont toujours repoussées, elles devaient avoir lieu pour fin 2013. C'est de la fanfaronnade électorale.
Et le plus gros mensonge est de faire croire aux "moins que rien" qu'un syndicat mixte est en cours de création. Pour qu'un syndicat mixte soit créé, il faudrait que le Préfet de Vendée le décide et pour qu'il le décide, il faudrait que le projet soit déclaré d'Utilité Publique. C'est une grosse fanfaronnade électorale car il n'y aura jamais de port de plaisance sur le site de la Normandelière.

Christophe Chabot semble vouloir jouer son élection sur le projet de port de plaisance. Il faut vraiment être au bout du bout pour dire aux électeurs qui connaissent la situation actuelle du projet : "Nous ne démontrerons plus les bienfaits économiques, sociaux, environnementaux d'un tel projet. L'heure est à l'action délibérée pour une concrétisation dans les 3 ans à venir" !

La réalité : Christophe Chabot est dans l'impasse totale, son projet ne tient pas la route et il le sait, mais il ne peut pas faire marche arrière. Il aurait peur de décevoir ceux qui l'ont suivi jusqu'à maintenant.

La position de "Réunir Brétignolles" sur le projet de port (sur son site internet) : 

"A Brétignolles, seul un maire déconnecté de la réalité, voudrait nous faire oublier les énormes et incontournables contraintes environnementales de la Normandelière, le coût trop élevé pour la collectivité,  les 10 ans d’études, les 5 millions d’euros engagés, les emprunts contractés sur 15 ans pour payer les études, les 2 avis extrêmement négatifs des autorités environnementales, 7 avis négatifs d’une commission d’enquête indépendante, étayés par 51 motivations différentes, les mises en garde répétées de 5 préfets successifs, l’érosion accentuée par les récentes tempêtes hivernales ... Tout confirme, en toute objectivité, qu’un port n’est pas réalisable sur ce site.
Faire miroiter un port aux électeurs comme le fait le maire sortant ne conduirait qu'à de nouvelles désillusions et à une aggravation des finances publiques"
N'est-ce pas clair ?


Petits Suppléments

Ouest France du 3 mars 2014 : Feu vert au méthaniseur de l'Aiguillon à la Culasse. La ferme de Chiron vient d'obtenir le feu vert de la préfecture. Le collectif Gué Gorand Jaunay en colère.

Une entrée de port catastrophique : heureusement l'entrée de Port Brétignolles ne serait pas dangereuse !

Sud Ouest du 2 mars 2014 : Nouvelle alerte aux fortes vagues et aux crues dans le Sud Ouest.

Ouest France du 3 mars 2014 - Pollution. Le "coup de gueule de Yannick Moreau". Si Christophe Chabot défendait le littoral comme Yannick Moreau, ça aurait du sens en période électorale. Mais les plages  de Brétignolles sur Mer ne semblent pas être actuellement la priorité de Christophe Chabot, il a dit, en réunion électorale, attendre début mai pour les nettoyer !

Enregistrer un commentaire